Aller au contenu
Prends ma Roue !

L’expérience et les compétences ensemble,
pour le renouveau du cyclisme Français!

Le Projet

Formations et Assurances: Les 2 mamelles des Comités Régionaux de la FFC!

Les clubs éternels « vaches à lait » du modèle économique fédéral et régional!

Le titre emprunté à SULLY que nous avons choisi pour ce dossier, renvoie cette idée, ce ressenti que vous êtes très nombreux à avoir exprimé dans notre enquête vis-à-vis de la politique menée par les instances fédérales.

Le collectif Prends Ma Roue, dans son combat pour un renouveau du cyclisme et pour une fédération au service de ses clubs plutôt que de les asphyxier économiquement, s’évertue de procéder à un état des lieux de l’existant, minutieux et objectif.

Notre détermination est de mettre en évidence tout ce qui constitue, soit une injustice, soit un frein au bon fonctionnement de notre sport, et tout ce qui peux nuire aux capacités de développement de nos clubs.

Le président actuel de la FFC et ses soutiens ont beau affirmer qu’il n’y a pas d’autre politique possible, le collectif Prends Ma Roue est d’un tout autre avis car non seulement nous sommes convaincus qu’il y a d’une part des économies à réaliser et des priorités différentes à définir et d’autre part à réformer l’organisation structurelle et fonctionnelle du système fédéral.

Parmi plusieurs sujets, apparaissent deux domaines déterminants pour les clubs,

  • La formation des éducateurs pilier de l’efficience et du développement des compétences,
  • Les assurances pour garantir nos organisations sans lesquelles le cyclisme n’existerait pas!

  • Les Formations :

Avoir des éducateurs formés, diplômés est indispensable, il n’y a personne qui serait assez stupide ou irresponsable pour affirmer le contraire. C’est la condition sine qua none pour le développement de nos clubs, dans leur capacité à accueillir, à détecter et faire progresser les jeunes pour performer.

Le dispositif actuel issu d’une réforme pertinente il y a 7 ou 8 ans, est caractérisé par un principe modulaire et transversal. Très bien, mais là où le bât blesse, c’est au niveau de la tarification!

Pour commencer, nous constatons, que le budget fédéral ne comporte pas, sur ce sujet, de ligne de recettes venant des régions, que la fédération reçoit pour la formation des subventions de l’Etat spécifiquement en plus de la subvention pour la DTN. Donc pas de charge régionale à ce niveau!

D’autre part, en examinant les budgets des régions, aucun investissement humain ou matériel n’apparait sur ce domaine. Par ailleurs, à titre de témoignage et d’exemple, nous avons relevé que le président du comité des Pays de la Loire, reconnait explicitement dans un courrier qu’il pratique une marge sur les opérations de formation et qu’il l’assume comme un fonctionnement normal et légitime!…

Nous concluons donc clairement qu’à propos des formations, toutes les tarifications régionales, même si nous constatons des disparités, constituent un bénéfice net pour les régions! Très souvent le coût pour un cursus par exemple pour l’animateur fédéral (1er niveau) se situe dans la fourchette de 400/500€!

  • Les Assurances :

Chaque saison les régions reversent à la FFC leur quote-part assurance épreuves en 4 versements, 1 versement pour la partie véhicule et 3 versements pour la partie épreuve, ceci figure sur un tableau à la page 17 de la tarification fédérale. Cette quote-part est calculée en fonction du nombre d’épreuves au calendrier.

Lorsque l’on prend le montant total versé et qu’on le divise par le nombre d’organisations de la région (toutes disciplines), on arrive à un coût par épreuve qui se situe globalement entre 50€ et 60€!

En consultant les tarifs des droits d’organisation et les assurances des comités régionaux on trouve des montants de 150€ pour les véhicules suiveurs auxquels il faut ajouter la RC qui est parfois indiquée incluse dans le montant des droits d’organisation!

On peut donc dans certains cas arriver à un coût d’assurance de l’ordre de 200€! Ce qui se traduit par une marge de 150€, soit 300%!

Lorsque l’on sait que les marges commerciales de la grande distribution sont de l’ordre de 25/30% que celles des commerces spécialisés tournent à 45/50% maximum, que penser de cette pratique ?!

Il n’est point besoin d’être économiste pour évoquer l’idée de procédés abusifs par position dominante pour prix excessifs. En restant évidemment très modérés dans les propos!

  • Le tableau des cotes parts régionales des assurances:

Prends ma Roue 12/2020

Texte Roger Bordeau pour Collectif PMR

Images D.R

Rights reserved